L’accident.

Ani à velib c’est une evidence!

image

Aujourd’hui j ai évité de mourir ecrasee par un taxi brulant le feu rouge…
Pour cela j ai renversé un gamin de 5ans sur son velo, qui traverssait.
Je lui suis rentree dedans.
Nous sommes tous tombés…

Sa mere et le petit frere n ont rien eu. Mais ils ont tous pleuré. Je me suis relevée, j ai tout laissé en plan au mileu de la route.

J ai eu peur pour le gosse.
Peur d avoir detruit une famille.
Peur d avoir traumatisé deux enfants et leur mère.

Un nez qui saigne et un oeil au beurre noir pour l’enfant. Je lui fais un calin, et tente de secher ses larmes… J’implore le pardon de la mere.
Sans blamer le taxi qui, bien sûr, s est enfui.

J ai eu peur pour quelqu un que je ne connais pas. Je m en suis voulue.
Je suis restee aupres d eux 20 minutes.

De nombreux témoins sont venus plaider ma cause
« c est le taxi madame! Il est arrivé à toute allure! »
Meme si la mere sait, je ne reussi pas à la regarder dans les yeux. La culpabilité m’envahissant, je cherche à m enfuir à disparaitre.
Cherchant frenetiquement dans mon sac. Quoi donc? Je ne sais pas.
Tiens un mouchoir ! Je vais essuyer les larmes des yeux et le sang du nez…

Je n’y arrive pas l’enfat ne se calme pas! Un hematome il faut des glaçons! Vite un café, un serveur, des glaçons… Un des temoins s’en est deja chargé. Il m’a volé mon échappatoire ma bonne action.

Les pompiers, dans le coin, viennent osculter et ainsi calmer la mere et les enfants qui tremblent encore.

Mon Velib est sur la chaussée. Je ne me résous toujours pas à le ramasser.

Les enfants n’ont rien conclut le pompier.
Ce dernier pour calmer le plus jeune entreprend de reparer le petit velo vert fluo.

Je le regarde faire. Je scrute du coin de l’oeil mon velib. Impossible de le reprendre!

Finalement la mere prend ses enfants et ses petits velos, ils repartent.

Les pompiers sont appelés ailleurs.

Les temoins parlottent, medisent sur le taxi, se plaignent des dangers de la route.

Je reste là, en tete à tete avec mon velib.
Soudain j’ai mal. Je me suis étalée de tout mon long dans ma chute, le velib est venu tomber sur mon genou. J’ai mal, je boite. Je me decide à relever mon Velib, sans l’enfourcher. Je n’ose pas. Je n’ai plus le droit. Partir comme si de rien n’était, et puis quoi encore?

Je suis etourdie, le choc physique et mental. Je tremble, je boite. Je marche avec mon compagnon d’infortune jusqu’à la plus proche station. Je me pose. Je me refais la scène, je cherche où j’ai faillit. Je me surprends à penser que la mere aurait du mieux regarder avant de lancer ses enfants sur leur velo.

« Non ce n’est que ma faute uniquement ma faute! »

J’oublie que la bas quelqu’un m’attend pour un rdv pro! Vite je me reprends, un texto :
« Un accident me met en retard mais j’arrive »

Vite vite je me remets en scelle, je repars aussi doucement que possible. Tout mon trajet restant je redouble d’attention…

Je me demande si les enfants ont arreté de pleurer…

2 Comments

Petites brèves de garce #07 : Fute en Cuir

braguette3

Hier avait lieu ma soirée d’entreprise, en mode poufette que je peux être parfois, j’ai décidé de taper la tenue glam shine rockeuse de diamant en high heels rouge Topshop et fute en skaï acheté à Camden le WE dernier!

La soirée avait lieu dans un spot ultra branchouille l’appartement de Paolo Calia, aux Frigos de Paris. Ambiance Baroque Mauresque Ikea, déco hyper surchargée pour un rendu beau et moqueteux.

paolocalia2
Malgré les 10 ventilos il faisait une chaleur insoutenable! Apres 1h de danse intensive (pour eliminer mon seul verre de champagne de la soirée) j’ai décidé d’aller faire un tour aux toilettes. Et la comment dire, tu te souviens ce fameux episode de Friends, quand Ross porte un fute en cuir, qu’il sue dedans, qu’il va aux toilettes, et qu’il n’arrive plus à le remettre… Ben c’etait moi!

Pendant 10mn j’ai tenté de remonter de Fucking Fute, mais plus je forçais, moins j’y arrivais, plus je m’ennervais, plus je transpirais, plus ça collait… La cata… enfin non la cata est arrivée quand sur un coup de nerfs j’ai forcé à fond et que la braguette a pété!

J’avais réussi à remonter le fute mais j’avais plus de braguette… 20mn plus tard je sortais des toilettes, un fute sexy et une braguette ouverte… j’ai couru trouver un vigile

« Vous n’auriez pas une épingle à nourrice par hasard… j’ai un souci de braguette… siouplait… j vous en supplie! »
Il a rigolé, j’ai voulu le buter, puis j’ai rigolé aussi

Apres 10mn à errer devant les toilettes ne sachant que faire, mon top étant trop court pour couvrir la partie « ouverte/découverte », j’ai decidé de tenter le truc de la derniere chance. Essayer de ré-assembler les deux elements de la braguette… J’ai pensé à Mac Gyver, je me suis dis c’est con j’ai pas de scotch, ni de nitroglycérine… il a toujours ça dans la série et il repare tout comme ça!

Le probleme etait que les deux cotés du zip s’etaient desolidarisés (les batards!). J’ai pris les deux bouts j’ai fermé les yeux et j’ai remué ça dans tous les sens! Et là comme dans un film de Noel, le miracle s’est produit, j’ai reussi à re-zipper le bazar! J’avais perdu 3L de sueur à force de stresser mais c’etait fait! Je suis sortie des toilettes en vainqueur, les yeux petillants, prete à affronter n’importe quel probleme!! Evidemment, les connasses qui attendaient ma sortie depuis 1h l’avaient un peu mauvaise et se sont demandées ce que j’avais bien pu foutre 1h dans les chiottes, ET TOUTE SEULE qui plus est!

Bien sur apres je n’ai plus tenté le moindre pipi de la soirée… trop risqué…
Heureusement j’ai pu quitter la soirée en toute dignité!

cuirpantredshoes

Les petites histoires de meufs, comme ça pour la frime, pour la forme, mais surtout pour biatcher… pour une fois je biatche sur moi!

Tags: , , , ,

No Comments

Girls just wanna have fun!

Il était 8h30 quand le réveil sonnait.

J’avais à peine dormi 4h, je sentais mon corps tremblant encore des effluves alcoolisées de la veille. Quand à minuit j’avais quitté Camille et les autres je n’avais pas voulu rentrer tout de suite et l’avais appelé.
Depuis presqu’un mois il était devenu mon activité illicite nocturne… Dès que je finissais un diner, une soirée chez des amis, en regagnant ma voiture, je regardais ma montre pour voir à quelle heure je pourrais être chez lui… Je le considérais comme un digestif, une conclusion à une bonne soirée passée ailleurs, avec d’autres.
J’étais arrivée chez lui vers 3h, aussi fraiche qu’on pouvait l’être après avoir bu presqu’une bouteille de champagne… Il n’avait pas d’exigence sur mon état, je pouvais aussi bien arriver à 4 pattes, dans un état proche du coma éthylique, l’important était que je vienne et que l’on fasse l’amour.

A peine arrivée, j’avais déjà envie de lui. Grand, sec, avec des yeux bleus, gris, pétillants, il dégageait une confiance et une certaine fébrilité qui me troublaient. Les cheveux en bataille et ses lunettes bien trop moches à mon gout, n’avaient néanmoins pas raison de cette attirance que j’avais pour lui.
La première fois que je l’avais vu c’était à l’anniversaire d’une amie en commun. Une soirée bien arrosée, où je m’étais donnée pour mission de trouver une proie. Il y a des moments où même une femme peut devenir un prédateur… Les hommes ne s’en rendent juste pas compte…

« Bon Bruce j’ai mis ma mini robe moulante, mon push up, mes résilles, ce soir je pécho! »
« Tu sais bien que même sans ça… »
« Garde ton baratin pour les jours ou je me sentirai moche et grosse!… Mais je me mets en mode chasseuse du désert là. Dès que j’en vois un qui me plait je le kidnappe et je lui viole la bouche »
« LoL »
« Oui LoL! »

rachel

 

Il faut dire que cela faisait un mois que je vivais une relation fantôme avec une sorte d’icone. Un beau mannequin avec une libido inexistante. Frustration, excitation… avec un verre de vin je serais déjà sur les startings blocks.

A 23h j’arrivais chez Emma. Une boite à sardine Un studio dans Paris remplis de gens collés les uns aux autres. Bruce était déjà là depuis 2h! Je cherchais Emma pour lui filer ma bouteille et lui asséner un big Happy Birthday dans les oreilles!

« Ah te voilà Enfin! »

« Happy birthday ma poule! Bon où sont tes targets meufs? »
« Lui et lui, le reste jte les laisse… »
« Ah ouais…finalement rien pour moi… bon où sont les verres? »

Au bout d’une heure et 2 verres j’étais vraiment faite! A minuit j’ouvrais la porte d’entrée pour chercher Emma (nous n’avions plus de verre pour boire, c’était dramatique!). Elle était sur le palier en train d’accueillir les retardataires. C’est là je vis La Target!

Il y a des moments où on se sent belle, bien dans sa peau, au point de se croire invincible et irrésistible… ce moment arrive souvent après les deux verres qui m’ont rendue pompette! Bref je l’ai regardé, il m’a regardée, on s’est regardés. Vite je suis allée voir Bruce pour lui designer ma cible.

« Lui! »
« Ah ouai beau gosse! »

Un peu plus tard, j’ai eu l’impression d’être dans un teenmovie US. Moi qui parlais et riais aux éclats avec Bruce et ma clique, tout en faisant du fixing oculaire à m’en décoller la rétine vers La Target.

 

seduce

Je le sentais aussi à fond que moi quand il s’approcha enfin…

Impossible de me souvenir de ses premières paroles à ce moment-là. Je me souviens de son attitude, de ce qu’il dégageait. Une phrase néanmoins m’est restée quand je lui ai demandé si par hasard il avait une meuf…

« … euh oui… mais tu m plais grave…ça te dérange?… »
« Non jm’en fous! »

Voilà comment cette sex story a commencé. Un peu d’alcool, une meuf en chaleur, un mec infidèle, « avide des femmes » selon une expression qu’il me sortira plus tard…

J’avais un pressentiment ce soir-là… Nous venions de faire l’amour, c’était très bien (dans mon top 5 le petit chéri!). Il voulait que je reste. J’avais refusé, mais à 3h du matin j’étais crevée et je peinais à m’extirper du lit. Il s’était mis sur son ordinateur et commençait à me faire écouter les morceaux de musique qu’il faisait… Il peignait, il faisait de la musique… l’artiste maudit, pauvre, ivre d’alcool et de sexe par excellence!

 

lit

Pendant que j’écoutais sa musique je me laissais aller, je fermais les yeux et je plongeais dans son âme. Sa musi

que était profonde, un peu torturée, le rythme tout à fait comme j’aime… Soudain je me levais presqu’en sursaut!

« Bon j’y vais! »

En dix minutes, après deux trois embrassades destinées à me faire rester, j’étais dehors!

Non je ne voulais pas le connaitre au delà de la position horizontale, ni même en état de sobriété, avancé! Je ne voulais pas connaitre son âme. Ne pas m’attacher! Je voulais qu’il reste une parenthèse nocturne, un secret, une animation dans mes sorties nocturnes…

Et là je me mis à réfléchir. Réfléchir c’était déjà prendre une décision.
Je ne voulais plus le revoir. Je pensais à sa copine, j’avais de la peine pour elle, je me sentais atrocement coupable, je l’enviais aussi. Savait-elle que son mec avait une telle profondeur, une telle énergie créative? Oui sa musique m’avait touchée. Je n’en revenais pas!
Je ne voulais plus le revoir.

Je ne le revis plus.

 

 

 

 

Tags: , , , , ,

4 Comments